<iframe src="//www.googletagmanager.com/ns.html?id=GTM-WQTVSMX" height="0" width="0" style="display:none;visibility:hidden"></iframe>follow patrick | teo jakob

follow patrick

Trempé de sueur avec son vélo de piste lors d’une excursion en montagne ambitieuse ou confortablement installé dans son appartement à Berne : Patrick Seabase est passionné par les objets minimalistes, surtout s’il peut les conduire. Il séduit par ses prestations sportives tout comme par son sens aigu de l’esthétique.

Il ne se livre pas à des épreuves de force avec d’autres athlètes, et ne se voit d’ailleurs pas comme un sportif. Patrick Seabase a toutefois un but fixe : franchir des obstacles. Considéré comme l’un des cyclistes de piste les plus fascinants qui soient, il roule à vélo avec une seule vitesse et pédale dans le monde entier pour affronter lors de parcours considérables les plus exigeantes routes de montagnes. Sans concurrents à l’horizon, il importe uniquement de dépasser ses propres limites mentales et physiques. « Je ne monte pas à vélo pour voir si je vais plus vite ou suis meilleur qu’un autre », confie Patrick Seabase.

« Je suis mon propre concurrent. » Il se retrouve ainsi dans une sorte de pièce métaphysique où le corps, l’esprit, la technologie et la nature interagissent intensément pour créer des moments de pure beauté. Il s’engage toujours avec passion pour retirer le maximum du minimum.

En cyclisme tout comme dans d’autres aspects de sa vie, Patrick Seabase s’intéresse aux éléments minimalistes et intemporels, qu’il s’agisse de son vélo ou de ses meubles. « Un artisanat de qualité, c’est le plus important à mes yeux. Je suis en plus quelqu’un de très visuel. Ce qui m’entoure doit être agréable à regarder. »

Une grande partie des meubles de son appartement à Berne provient de références de l’habitat suisse, qui savent convaincre par leurs créations aussi bien d’un point de vue esthétique que fonctionnel.

Au bon endroit, Patrick Seabase s’imagine dans son appartement comme sur sa selle, en vadrouille sur un parcours pour lui jusqu’à présent inconnu. «Il s’agit de percevoir l’espace qui nous entoure ainsi que soi-même. Peu importe où. C’est ça, être chez soi. »


To the top
Fermer